Au-delà du G7. L'avenir appartient à un G20 plus inclusif

Traduction par Thu-Ha Tô, COGI-PME  INC  le 20 Décembre 2018

Move over G7. The future belongs to a more inclusive G20

Article publié sur World Economic Forum , le 25 Juin 2018 par

  1. Isaac Kwaku Fokuo Founder and Principal, Botho Emerging Markets Group
  2. Akinyi Ochieng Esther Ocloo Fellow, Botho Emerging Markets Group

La réunion du G7 de juin au Canada ne s’est pas passée dans l’harmonie qu’on aurait souhaitée. Alors que l'événement de cette année s’était distingué pour sa discorde, les critiques ont longtemps observé que le "G7 semble de plus en plus anachronique". Bien que ses pays membres fussent autrefois les leaders industrialisés du monde, ils peuvent à peine revendiquer ce label beaucoup plus longtemps, des pays comme la Chine, l'Inde et le Brésil gravissant les échelons.   Alors que les marchés émergents éclipsent peu à peu les titans de la démocratie occidentale, le G20 apparaît comme un forum mieux équipé que le G7 pour faire face aux défis de l’économie mondiale. Mais pour réussir là où le G7 a échoué, le G20 doit redéfinir sa composition et élargir son mandat.

Les problèmes mondiaux émergents nécessitent des marchés émergents Les problèmes mondiaux contemporains et futurs ne peuvent être résolus sans la contribution des économies émergentes. Les tensions entre les États-Unis et la Corée du Nord, par exemple, échoueront sans une contribution continue de la Corée du Sud. De même, la Russie et la Turquie font partie intégrante de la résolution de la crise syrienne.   Les débats sur l’activité militaire de la Chine dans la mer de Chine méridionale incluent inévitablement l’Indonésie, puissance mondiale croissante qui cimente sa souveraineté maritime. La Corée du Sud, la Russie, la Turquie et les autres membres du G20 représentent 85% de la production économique mondiale, les deux tiers de la population mondiale et 75% du commerce international.  

Mais la composition imparfaite du G20 handicape sa capacité à faire face aux défis les plus pressants. Alors que le monde reste fasciné par la croissance de la Chine et de l'Inde, les économies frontalières décollent doucement. Les Philippines, l'Iran et l'Égypte, par exemple, dépasseront l'Italie et le Canada sur une base de parité de pouvoir d'achat (PPA) d'ici 2050. La croissance des économies développées devrait ralentir à 2,2% en 2018, mais des pays tels que le Ghana et l'Éthiopie 8,3% et 8,2%,respectivement. Au cours de la prochaine décennie, les dépenses de consommation sur les marchés en croissance augmenteront trois fois plus vite que celles des pays développés, atteignant un total de 6 000 milliards de dollars d’ici 2020.

L’agenda du G20 de cette année comprend l’avenir du travail, des infrastructures de développement et un avenir alimentaire durable. Mais ces questions ne peuvent être abordées sans un organe plus représentatif. Il devrait inclure les économies qui façonneront l'avenir.   Les nouvelles puissances régionales à surveiller   Bien que l'Union européenne soit membre du G20, quatre pays de l'UE - l'Allemagne, le Royaume-Uni, la France et l'Italie - ont une représentation distincte du G20 en raison de la taille de leur économie. Conserver le Royaume-Uni en tant que membre du G20 est logique en raison du Brexit, restreindre l'adhésion de l'UE à l'UE et inclure davantage d'économies à forte croissance de régions sous-représentées aidera le G20 à élaborer des propositions politiques intelligentes et diversifiées. Considérant que l'Allemagne, la France et l'Italie ont l'un des taux de participation les plus élevés et le nombre de sièges au Parlement européen le plus élevé, leurs intérêts devraient être représentés de manière adéquate par la délégation du G20 de l'UE.  

Ces trois sièges supplémentaires devraient être pourvus par des puissances régionales émergentes d'Afrique, du Moyen-Orient et d'Asie centrale et du Sud, telles que le Nigéria, l'Iran et le Pakistan, en raison de leur importance stratégique dans des domaines critiques allant de la sécurité au changement climatique en passant par l'avenir du travail. .   Le Nigeria, la plus grande économie de l'Afrique subsaharienne, sera le troisième pays le plus peuplé du monde d'ici 2050. Des pays tels que la Chine pourraient vanter leur importante population comme une opportunité, mais l'essor du Nigéria pose également des problèmes en raison de la faiblesse des infrastructures et des institutions comme le terrorisme et le changement climatique.  

Avec la population la plus jeune du monde, l’Afrique définira l’avenir du travail et le Nigéria fera partie intégrante de son histoire de croissance. Le taux de chômage du pays a augmenté pour la 12e année consécutive, mais la croissance de l’investissement technologique à Lagos offre l’occasion de faire du Nigéria le moteur numérique de l’Afrique.

 

Souces : World Economic Forum https://www.weforum.org/agenda/2018/06/move-over-g7-future-belongs-more-inclusive-g20/